L’oseille

L’oseille est une plante sauvage, riche en vitamine C et minéraux. Elle ne demande que peu d’entretien mais procure de nombreuses qualités médicinales.

 

Son histoire :

L’oseille se trouve à l’état sauvage ou cultivé.

L’oseille sauvage est identifiable par ses petits lobes pointus aux côtés de l’insertion de la tige. Pour ne pas avoir de doute, cette plante émet de petites fleurs/fruits rose foncé.

Cette plante fait partie de la famille de polygonacées comme les patiences, le sarrasin ou la rhubarbe qu’on vous a déjà présenté.

On retrouve en points commun cette acidité lié à un composant : l’Acide oxalique.

 

Son nom vient de l’ancien français « oiseles » qui évolua vers « osile » en 1250. C’est issu du latin acidula signifiant « aigrelet » et du grec « Oxus » signifiant « pointu, acide ». Le nom grec d’oseille est « oxalis » donnant son nom à l’acide oxalique.

 

Les botanistes appellent l’oseille « Rumex acetosa ». Ce nom a été attribué à l’Oseille par le naturalise suédois Carl Von Linnée en 1753.

 

L’oseille est une plante qui existe visiblement depuis très longtemps. Comme elle pousse à l’état sauvage dans toute l’Europe et en Asie, il est difficile de déterminer son évolution.

Les Egyptiens, tout comme les romains et les Grecs appréciaient ses propriétés digestives lors des grands banquets. En effet, cela les aidait à surmonter la boisson et la nourriture, trop copieuse.

 

Au moyen-Age, elle entra dans les plats cuisinés mais c’est au 17 ème siècle que l’oseille voit son apogée comme aliment et comme remède.

Culture :

Il existe environ 200 espèces différentes. Les feuilles de toutes les espèces sont comestibles. On peut semer de l’oseille de Mars à Juillet. Il est possible de la récolter deux mois après sa plantation soit dès le printemps.

Ses bienfaits :  

Les feuilles d’oseilles sont dépuratives, stomachiques et diurétiques lorsqu’elles sont crues. Elles deviennent émollientes lorsqu’on les consomme cuite.

 

En Europe Centrale et de l’Est, on utilise depuis des siècles l’Oseille pour traiter les tuméfactions des tissus, des articulations ou des organes. On suppose également une activité sur les tumeurs cancéreuses. Chaque partie de la plante, que ce soient les feuilles, les graines ou les racines, peuvent être utilisé en cataplasmes, en onctions, en tisanes ou autres supports. Elles sont utilisées pour traiter l’hémorragie, le scorbut, les diarrhées, les vers intestinaux, les spasmes abdominaux, les problèmes gastriques, les hémorroïdes mais également les rhumatismes, les abcès, les affections respiratoires ….

 

De plus, il paraitrait que frotter une feuille d’oseille sur une peau piquée par les orties ou les insectes supprime les démangeaisons. « Sachez qu’entre le temps où j’ai écrit l’article et la publication, j’ai fait l’expérience. La feuille d’oseille n’a pas atténué la brulure des orties. Sa sève non plus. Je pense donc qu’il s’agit d’un mythe, ou d’une préparation spécifique, mais pas de l’oseille à l’état brut. »

 

L’oseille contient du fer en grande quantité. Cela contribue à notre fonction cognitive, à réguler le métabolisme énergétique, au bon fonctionnement de la formation des globules rouges et de l’hémoglobine, à réduire l’état de fatigue et à assurer un bon fonctionnement du système immunitaire.

Le magnésium présent lui aussi en forte quantité permet de réduire la fatigue, à établir un fonctionnement normal du système nerveux, à maintenir l’ossature et la dentition.

 

 

 

Comment l’utiliser ?

L’oseille peut se manger crue ou cuite.

Cette plante fait saliver et donc ouvre l’appétit en réveillant le système digestif.

C’est une plante très acide, qu’on marie parfois avec les épinards pour l’adoucir ou avec différentes autres salades pour apporter une nouvelle saveur.

 

Pour consommer l’oseille sauvage, on peut cueillir les jeunes feuilles à la base, sur la touffe ou prendre les feuilles sur la tige.

 

Du fait de l’importance de l’acide oxalique dans cette plante, il est important de ne pas en consommer en trop grande quantité.

Si vous avez des problèmes rénaux, des insuffisances rénales ou la tendance à faire des calculs régulièrement il ne faut pas consommer cette plante. L’acide Oxalique peut créer des cristaux d’oxalate.

 

On consomme l’oseille en salade, dans les potages ou dans les sauces, pour accompagner généralement le poisson. On peut également la consommer cuite, mêlé aux épinards ou encore en omelette.

 

En savoir plus :

 

L’oseille apparait dans le roman de Jules Verne « l’Ile mystérieuse ». Les naufragés se réjouissent de cette plante qui leur permet, grâce à sa vitamine C, de guérir le scorbut.

 

Dans le langage populaire, l’oseille est synonyme d’Argent. Bien qu’on ne sache pas exactement d’où vient cette expression, on peut la lier au maraicher, durant la seconde moitié du 19 ème siècle, qui utilisaient l’expression « on va se faire de l’Oseille » lorsqu’ils récoltaient ce légume alors qu’ils n’avaient quasiment pas besoin de l’entretenir mais pouvaient le vendre et donc en tirer un maximum de bénéfices.

 

Au 19 ème siècle, l’oseille devient une expression « la faire à l’oseille à quelqu’un ». Ceci signifie « essayer de faire croire quelque chose à quelqu’un, chercher à impressionner, à duper »