Le fruit de la passion

D’une odeur enivrante nous rappelant les tropiques, le fruit de la passion est présent toute l’année sur nos étals. Peu de vertus lui sont reconnues officiellement au contraire de sa fleur, la passiflore qui est utilisée, entre autres, pour ses propriétés calmantes.

 

Son histoire :

Le fruit de la passion est issu d’une plante grimpante appelé « Grenadille ». Cette plante se trouve originairement dans les pays d’Amérique latine tel le Brésil, le Paraguay et le nord-est de l’Argentine. Cette plante s’est acclimatée dans les pays tropicaux et subtropicaux.

Elle aurait été découverte au 16ème siècle. C’est dans les années 1630 que le fruit arrive en Europe pour la première fois.

 

Son fruit, est nommé fruit de la passion ou maracuja au Brésil. C’est une baie qui devient pourpre à maturité. Elle contient des graines noires entourées d’un arille. C’est cette enveloppe charnue que l’on consomme principalement.

 

Le fruit que l’on connait est pourpre mais un autre est d’avantage connu et consommé dans d’autres pays. C’est un fruit Jaune et plus gros, sa saveur est plus acide. On peut consommer les deux, certaines cultures préfèreront le Jaune en jus tandis que d’autres le préfère frais.

En Europe occidentale, c’est principalement le pourpre que l’on retrouve sur nos étals et qui est consommé frais.

 

Sa fleur, nommée passiflore a des étamines et un pistil très gros. Elle prend des couleurs magnifiques mais ne se cultive pas dans les endroits froids. Elle a besoin de climat doux, d’espace et de beaucoup de soins.

 

Sa production :

 

On le retrouve aujourd’hui cultivé à Hawaï, dans certaines régions de l’Australie mais aussi dans les DOM-TOM (Guyane, Guadeloupe, Martinique, Mayotte). Il est également cultivé en Inde, au Sri-Lanka, en Nouvelles-Zélande, en Indonésie, au Pérou et divers autres pays sud-américains, dans le Sud des Etats Unis (Californie et Floride), en Afrique de L’Est et à Israël.

Il est produit de la même manière qu’une vigne, sur des vrilles grâce à sa plante grimpante ressemblant à une liane. Le fruit se développe entre 6 et 9 mois après la plantation et le plant produit entre 3 et 5 années.

Il existe des centaines de variétés, cependant, celle retrouvée le plus sur nos marchés est la variété appelé « Passiflora Edulis Sims ».

 

Très peu de chiffres sont donnés sur la production du fruit. Des estimations indiquent que nous importons en Europe entre 5000 et 7000 tonnes par an.

Le Brésil apparait comme le plus gros producteur mondial en produisant près de 450 000 tonnes. Cependant, il est distribué aux industries pour le transformer et n’est donc pas dans la liste des pays qui exportent en Europe. C’est également le cas pour l’Equateur, deuxième pays producteur mais pas destiné ou peu à une consommation fraiche. Le troisième pays est la Colombie que l’on retrouve aussi bien pour une exportation en fruit frais que pour le marché de la transformation.

 

Le fruit de la passion de couleur pourpre est importé en Europe du Kenya, de l’Afrique du Sud et de la Colombie.

 

En Asie en revanche, le principal producteur semble être la Chine.

 

La production des DOM TOM française est plus faible. En moyenne, on produirait 1700 tonnes dont une grande partie produite par la Guyane.

 

Le fruit de la passion est disponible toute l’année sur nos étals, bien qu’on en trouve davantage en décembre, peut-être pour apporter une touche exotique pendant les fêtes.

 

Ses bienfaits :

 

Ce fruit contient des antioxydants. C’est particulièrement dans les pigments du fruit qu’on les retrouve.

 

Bien que rien n’ait été prouvé, ce fruit serait un anxiolytique qui permettrait de mieux dormir. Une étude proposée par le professeur Yoshiaki Onisi sur une molécule présente dans le fruit de la passion aurait un impact sur l’horloge biologique et le cycle du sommeil. Cependant, les tests ne sont pas assez précis sur le genre humain pour pouvoir rentrer plus dans les détails.

 

Enfin, la peau et les graines de ce fruit sont source de fibres, permettant la régulation du transit intestinal et source de vitamines.

 

Ce fruit n’est pas assez étudié pour en vanter davantage de vertus. En revanche, il peut être consommé pour le bonheur de l’odorat car il a un arôme fort agréable.

 

Sa fleur en revanche, est connue pour ses vertus tranquillisantes, en gélule, tisane, teinture et fleurs séchées.  On l’utilise principalement pour améliorer le sommeil, réduire les tensions nerveuses et l’anxiété et comme antidouleur. On entend aussi depuis plusieurs années son efficacité sur l’asthme, sans étude pour le prouver.

 

Comment l’utiliser ?

 

Le fruit de la passion est fragile, il supporte donc très mal la cuisson.

Pour le choisir, on favorisera un fruit dont la peau est fripée. En effet, plus on aperçoit de bosse, plus cela signifie que le fruit est mûr, donc savoureux et juteux.

En revanche, si le fruit est très léger, cela peut signifier qu’il est déshydraté. En moyenne, son poids varie entre 60 et 90 grammes.

 

Pour le consommer, coupez le en deux, au-dessus d’un récipient pour en garder le jus.

La pulpe peut se manger directement fraiche, ou encore dans une salade salée ou sucrée. Il est également possible d’en faire un coulis. Dans ce cas, il sera nécessaire de la broyer.

 

On l’utilise en dessert dans des yaourts ou des glaces, mais aussi en pâtisserie ou encore mélangé à d’autres fruits.

 

Le saviez-vous ?

 

Le fruit de la passion tire son nom de sa fleur, passiflore. Elle est aussi appelée Passiflora incarnata. Cela signifie, « fleur incarnant la passion ». Au 16ème siècle, les jésuites voyaient dans la plante, l’illustration de la passion du christ.

 

La passiflore a des vertus connues des Aztèques mais c’est seulement en 1937 qu’elle entre dans la pharmacopée française.