La châtaigne

 

La châtaigne, fruit du châtaignier, fût longtemps un des produits de base de l’alimentation. Cet arbre est connu depuis l’ère tertiaire et a survécu à l’ère glaciaire. Il fut replanté par l’homme car son fruit a un fort pouvoir énergétique et son bois est essentiel pour l’alimentation du feu.

Aujourd’hui, la châtaigne est aussi très attrayante car dépourvue de gluten.

 

Vers le 6 ème siècle avant J.C, on commence à cultiver la châtaigne en Transcaucasie, en Arménie et en Perse. Dans l’ère Romaine, la châtaigne est baptisée « Castanea ».

Du Moyen-Age au 15 ème siècle, sa culture se développe.

 

En 1842, Le colonel Dumas surnomme le châtaignier « l’arbre à pain » car la châtaigne était la base de l’alimentation. On le surnomme aussi « arbre à saucisse » car c’était également la nourriture principale des porcs.

 

La châtaigne a une coque mince, marron, non mangeable et est protégée par une bogue. (Coque épineuse qui l’enveloppe).

 

 

Composition – Culture

 

La culture de la châtaigne est appelée castanéiculture.

Les châtaigniers se trouvent dans grand nombre de forêts françaises mais sont principalement cultivés en Ardèche, en Dordogne et dans le Var. A plus faible production, on en retrouve aussi dans le Limousin, les Cévennes, le Languedoc et la Corse. Le Monopole de la castanéiculture est, sans équivoque, l’Ardèche qui a même obtenu une AOC en 2006 (Appellation d’origine contrôlé) : « Châtaigne d’Ardèche » et une AOP en 2014 (Appellation d’origine Protégée). La Corse est un cas particulier puisqu’elle est grande productrice de châtaigne mais la majorité est consommée directement sous les arbres par les porcs. Cela garantit la qualité de la charcuterie.

 

La France est le 4 ème pays d’Europe, producteur de châtaigne après l’Italie, le Portugal et l’Espagne.

Environ 15 variétés de châtaigne sont cultivées dont 8 portent l’appellation de marron (Les marrons étant des variétés de grosses châtaignes).

 

Vertus :

 

La Châtaigne est un fruit calorique, il est donc idéal de le consommer avant une course ou une grosse séance de sport car il nourrit très bien et apporte un sentiment de satiété.

Outre un apport en glucide important, la châtaigne est source de fibre, de cuivre, de manganèse et de vitamine B. La majorité de ses glucides sont composés d’amidon, c’est donc un fruit idéal pour créer des recettes sans gluten.

A moindre mesure, la châtaigne décortiquée crue est aussi une source de fer, de vitamine B9 (participe à la fabrication des cellules du corps et des globules rouges), B6 (participe aux métabolismes des protéines et acides gras ainsi qu’à la synthèse des neurotransmetteurs.) et B2 (jouant un rôle sur l’énergie, la croissance et la réparation des tissus.)

 

 

Consommer de la châtaigne.

 

Attention à ne pas confondre la châtaigne, le marron et le marron d’Inde.

 

La châtaigne est un fruit issu du châtaignier. Elle a une forme plutôt aplatie. Sa bogue a de nombreux longs piquants. Dans une bogue, on retrouve 3 fruits, même s’ils ne sont pas toujours développés. La châtaigne a une petite torche (comme une petite queue). Elle se trouve dans les vergers et les bois.

 

Le marron est une variété de châtaigne, donc issus du châtaignier. Son fruit est gros et rond. Il répond à des critères esthétiques (de belles formes), pour se différencier. Généralement dans sa bogue, un seul fruit sur 3 est développé.

 

Le marron d’Inde est issu du marronnier d’inde. Son fruit n’est pas comestible car il est toxique. Il est seul dans sa bogue et n’a pas de petite torche (petite queue). Sa bogue est une capsule reconnaissable car les piquants sont espacés, petit et court.

 

La châtaigne se conserve au froid. C’est un fruit très fragile ; On peut le conserver au réfrigérateur cru 8 jours.

 

Elle se consomme crue, mixée, bouillie ou au four. On peut en faire des soupes et des purées, de la farine, des desserts ou un accompagnement de la viande mais on la retrouve également glacée ou en crème. En entrée, elle peut être associée à une salade pour donner du croquant.

 

Pour cuisiner les châtaignes, il faut d’abord leur faire une petite entaille et les faire cuire à l’eau. Ainsi, elles ramollissent et leur écorce se détache plus facilement. Ensuite, on peut les cuisiner à la poêle, au four, à la casserole.

L’info en plus : 

 

Il existe en Ardèche une confrérie de la châtaigne.  Elle joue un rôle important pour faire connaître la châtaigne d’Ardèche et ses produits dérivés. Elle a été créée en 1994. Elle a aujourd’hui plus de 150 membres.