l'impact du sport sur la santé mentale

L’impact du sport sur la santé mentale 

 

Nous entendons souvent que bouger est bon pour notre santé, il faut savoir que les bénéfices s’appliquent également à notre cerveau.

De nombreuses pathologies mentales plus ou moins sévères, comme la dépression ou la maladie d’Alzheimer, peuvent être prévenue ou atténuées grâce à l’activité physique.

 

Comment l’exercice agit-il sur le cerveau ?

 

Des liens entre métabolisme et cerveau

 

Votre corps réagit de diverses manières aux nombreux stimuli qu’il perçoit.

L’une des réponses les plus importantes de votre corps à l’activité physique est hormonal.

L’effort musculaire s’accompagne en effet de profonds changements hormonaux.

 

  • L’endorphine ou la dopamine (hormones du bonheur) sont responsable de l’addiction au sport de certains pratiquants. Ces hormones peuvent effectivement créer une « dépendance » à l’effort, en poussant à rechercher le plus souvent possible cet état de mieux-être.
  • L’ocytocine, également libérée lors de l’effort musculaire, favorise quant à elle l’estime de soi.

Ces analgésiques naturels aident à dépasser la sensation de douleur mais peuvent également aider à diminuer le stress, l’anxiété ou encore la dépression légère.

Bien qu’elle ne se substituera jamais à un traitement ou à une psychothérapie dans les cas les plus sérieux, l’activité physique peut donc se révéler une précieuse alliée de la santé mentale et de la performance cognitive.

 

Les différents types d’activité physique

 

L’exercice physique inclut beaucoup d’activités, allant de la marche au cours de cross-training en passant par le ménage de la maison.

 

Il existe d’ailleurs un moyen de mesurer les calories brûlées pour chacune de ces activités :  c’est ce qu’on appelle les MET (Metabolic Equivalent of TASK). Cela correspond au niveau d’énergie dépensé et à l’oxygène consommée pour effectuer chacune de ces tâches. Ce sont les MET qui vous indiquent combien d’exercices vous devez effectuer pour brûler les calories associées à ce délicieux cookie mangé au goûté !

 

Toutefois, si toutes activités physique consommes des calories toutes ne se valent pas en termes de mieux-être mental.

 

En effet, selon les études effectuées, le bénéfice mental retiré reste plus important lorsque l’on pratique des activités physiques plus intensives.

Comment choisir au mieux son activité physique ?

Bouger c’est bien mais bouger en faisant quelque chose qu’il vous plaît, c’est mieux. Si vous aimez le sport que vous pratiquez, vous serez alors plus motivé pour en faire régulièrement et conserver cette habitude sur le long terme.

  • Si vous aimez les activités sportives en groupes ou en interactions avec d’autres personnes, privilégiez les sports collectifs ou d’opposition (football, badminton, tennis) ou les small group training.
  • Si vous préférez vous entrainer seul, inscrivez-vous à la salle de sport (cf. l’article Comment choisir sa salle de sport ?) mais veillez à prendre les conseils d’un coach diplômé avant de vous lancer à corps perdu dans vos trainings.
  • Si vous aimez la nature, pourquoi ne pas privilégiez les randonnées, le vélo ou les marches sportives régulières.

Il est important d’allier plaisir et activité physique, vous boosterez au maximum les bénéfices pour votre cerveau en favorisant la libération d’hormones du plaisir et augmenterez du même coup votre estime de vous-même en constatant que vous êtes parvenus à garder ces habitudes nouvellement ancrées.

Si l’entrainement ponctuel a des bénéfices constatés immédiats (détente et meilleur humeur) appelés « effet aigu », l’entrainement régulier, lui a un effet chronique, menant à une amélioration générale et durable du mental.

 

Vous avez désormais quelques raisons de plus de conserver ces bonnes habitudes sportives !