Comment choisir ses raquettes à neige ?  
 
 


Dans l’article précédent “Randonnée en raquette : comment bien se préparer physiquement ?”, nous donnions quelques conseils pour bien vous préparer physiquement à une sortie en raquette.  
 
Aujourd’hui, nous vous donnons quelques conseils pour choisir un matériel adapté en fonction de votre sortie.  
 
Le rayon de votre magasin de sport est votre première épreuve avant d’aller parcourir les immenses étendues de poudreuse. Vous ne savez pas quel modèle ou quelle marque choisir ? Suivez le guide !  

 

 

 
Quel type de raquette.  
 

Pour la neige profonde, pour la neige dure, pour la pente, pour le plat. Ces différences vont jouer sur la surface et la construction de la raquette, qui sera plus ou moins importante, différemment dessinée.

 

 

  
 
Quelle taille ?  
 

Les dimensions du tamis déterminent la portance et la facilité de marche. Si vous randonnez dans la poudreuse, optez plutôt pour un tamis large ! Si la raquette est trop longue, la maniabilité sera réduite, et il faudra gérer les glissades.  
Il faut par ailleurs connaître son poids et la légèreté de la neige. Le premier critère, personnel, ne varie pas trop, le second change en permanence avec le soleil, le froid, etc. Nos neiges européennes sont plutôt lourdes, et il convient de rester sur une raquette de 55 centimètres de longueur à 22 centimètres de largeur. Plus on est grand, plus la raquette doit être large, plus on est léger, plus elle doit être étroite.  
 
 
 


Quelles chaussures ?  

 

Les chaussures de randonnée conviennent à condition qu’elles soient imperméables et respirantes, vos pieds devant être préservés de l’humidité. Prévoyez des chaussures montantes pour éviter que la neige entre facilement à l’intérieur. Par-dessus vos chaussures et votre pantalon, vous pouvez porter des guêtres. Elles vous permettront d’évoluer même dans de grandes quantités de poudreuse sans être mouillé(e).  
 
On vous recommande des chaussures de randonnée hiver. Leur isolation et souvent aussi leur doublure, constituent d’excellentes barrières contre le froid. Les plus frileux pourront bien entendu enfiler des chaussettes chaudes, histoire de s’assurer la meilleure protection. Si vous prévoyez des sorties à la journée, en mode expédition, les chaussures de grande randonnée ou de trekking sont idéales.  
 
 


 
Quels matériaux ?  

 
Les coûteuses raquettes en aluminium (constituées d’un cadre en acier et d’un tamis en toile synthétique et dotées d’une large surface) vont plutôt être destinées aux grandes étendues nordiques (Amérique du Nord, Finlande, Sibérie…), tandis que celles en plastique, plus abordables, permettent la fixation de griffes sous le tamis qui vont accrocher dans les fortes pentes, prévue pour une pratique alpine. Des crampons latéraux vont également sécuriser les traversées en neige dure.  
 
 


 
Les indispensables :  


 
– Des bâtons pour améliorer la stabilité et la progression, tester la profondeur, la consistance de la neige, “débotter ” d’un coup sec, enlever la neige des branches basses…  
 
– Des chaussures chaudes et étanches (semelles isolantes) : on prendra soin en serrant les sangles de fixation de ne pas couper la circulation, particulièrement par temps froid.  
 
– Des guêtres d’autant plus montantes que la neige est profonde, pour éviter d’avoir pieds et jambes trempés.  
 
– La trilogie DVA (détecteur de victime d’avalanche) -pelle-sonde en terrain exposé aux avalanches.

  
 
Vous voilà équipé pour votre première sortie en raquette ! Nous n’avons plus qu’à vous souhaiter une belle ballade et surtout pensez à faire une séance stretching dans les jours qui suivent.